Les origines du métier de tapissier


Jusqu’au XII siècles les fauteuils garnis de crin n’existaient pas. Il y avait soit les trônes, en bois, réservés aux seigneurs ou bien les malles qui servaient de sièges.

L’ancêtre du tapissier garnisseur est en fait le « formetier » c’est-à-dire un artisan qui donne des formes aux sièges qui n’ont ni dossier ni accoudoir.

Puis à la renaissance, apparaît le métier de « tapissier courtepointe ». C’est un homme (et oui pas une femme !) qui recouvre les sièges ou les lits, et qui vend également des meubles et des tapisseries.  Le garnisseur de cette époque commence à utiliser la bourre, puis le crin animal.

C’est Louis XIII ( 1610 – 1643) qui par ses édits va organiser et codifier les différentes branches du métier.

Louis XIV (1638 – 1715) va attribuer au tapissier, en plus de ses habituels travaux, le droit de confectionner et de placer les rideaux, lambrequins, …

Au XVIII siècle, parmi d’autres métiers d’art, le tapissier fait partie de la maison des grands seigneurs et a le droit de porter l’épée.

Sous Louis XVI le métier évolue avec l’apparition de nouvelles techniques et c’est sous l’Empire que celui-ci atteindra le plus haut degré de technicité, de finesse et de perfection.

De nos jours, six professions se partagent la même appellation de tapissier :

  • le tapissier exécute les tapisseries de basse et de haute lice (tapisserie dite des Gobelins)
  • le tapissier  garnit les carcasses de sièges, et des lits
  • le tapissier peintre pose le papier peint aux murs
  • le tapissier villier installe les tringles et pose rideaux, tapis, tenture murale, etc
  • le tapissier litier s’occupe de tout ce qui concerne la literie, la fabrication des sommiers, des matelas.
  • la tapissière confectionne tout ce qui concerne le décor du lit, de la table et de la fenêtre
  • Le tapissier garnisseur est celui qui garnit tous les types de carcasses. Il réalise des garnitures qui sont à pelotes, piquées ou capitonnées. Il utilise soit  des pelotes traditionnelles en crin végétal ou animal ou bien  des pelotes en mousse synthétique. Un bon garnisseur doit respecter le style du siège, car chaque époque a sa forme de pelote et son type de recouvrement. Une pelote de style louis XVI est droite alors qu’une pelote de style Louis XIV est plus arrondie.

A propos stephaniehallaire

Titulaire du CAP Tapissier d'ameublement en Sièges, je pratique la Réfection de sièges à l'ancienne depuis 9 ans. Littéralement passionnée par mon métier, je mets mon savoir faire à votre disposition pour sublimer vos fauteuils.
Cet article, publié dans tuto tapissier, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s