Chaise Louis-Philippe


Réfection à l’ancienne d’une chaise Louis Philippe

sanglage

sanglage

  1.  Sanglage d’une chaise Louis Philippe. Le tapissier fait un sanglage sous la ceinture carcasse car il y aura, dans un second temps, des ressorts. Le tapissier peut aussi faire le sanglage sur le cadre en bois s’il choisit l’option réfection à l’ancienne sans ressort.

Il faut d’abord tracer le milieu des traverses  à l’avant et à l’arrière. Avant de commencer, le tapissier doit évaluer le nombre de sangles qu’il va utiliser. En fonction du nombre de sangles posées, le sanglage sera centré au milieu de l’axe tracé au crayon, ou bien de part et d’autre de l’axe. Le tapissier commence le sanglage par l’arrière. Prendre des semences de 14mm, faire un repli de la sangle de 2cm sur la traverse puis mettre 5 semences.

Le tapissier prend son tire-sangles pour tendre les sangles. Il faut mettre une bonne tension car le sanglage représente « c’est la vie du fauteuil ». Une fois que la bonne tension est obtenue, le tapissier cloue  la sangle avec 4 semences, puis il rabat la sangle sur 2cm et pose 3 nouvelles semences .

Le tapissier pose toutes les sangles en prenant  soin de réaliser un damier. C’est ce quadrillage de sangles qui permettra de multiplier la force du sanglage.

2 – Guindage d’une chaise Louis Philippe 

guindage des ressorts

guindage des ressorts

Où disposer les ressorts ? Le tapisser doit remplir au maximum la surface du fauteuil avec les ressorts . Ces derniers doivent  presque  se toucher. Le tapissier dispose les ressorts sur les sangles de façon homogène en veillant à ce qu’aucun nœud ne se retrouve dans l’axe des cordes de guindage. Ensuite le tapissier coud les pavillons aux sangles en utilisant le point à la grecque (avec la grande une aiguille droite et de la ficelle à piquer). L’étape suivante consiste à poser les cordes à guinder. Dans l’axe de chaque rangée de ressorts, le tapissier enfonce 2 semences de 14mm sur les  4 traverses du fauteuil, puis il prépare les cordes pour le guindage. Le tapissier calcule la longueur avant/arrière de chaque ligne de guindage en prenant en compte la hauteur des ressorts puis il multiplie  par 3 cette longueur. Pose de la première corde :   Le tapissier prend une corde et il réalise une boucle autour des  deux semences de 14mm. On a donc deux morceaux de corde qui pendent de chaque côté des semences. Avec la corde la plus courte, le tapissier fait un premier passage et enroule la corde autour des ressorts en les abaissant au niveau des taquets. Avec la corde la plus longue faire la même chose mais en réalisant des nœuds à chaque fois que l’on croise une corde.

3 – Fixation de la toile forte aux ressorts et positionnement des lacets sur une chaise Louis Philippe.

pose toile forte

pose toile forte

 Lorsque le guindage est terminé, le tapissier doit recouvrir les ressorts avec de la toile forte afin de poser le crin. La toile forte va permettre de boucher tous les trous afin que le crin ne tombe pas sur les ressorts. Le tapissier exécute le point dit « à la grecque » avec de la ficelle à piquer et un carrelet courbe. Pour accueillir le crin sur cette chaise Louis Philippe, le tapissier place des lacets tout autour de l’assise. Ensuite il divise la profondeur du siège en 4 parties égales. Le tapissier exécute alors des rangées de lacets parallèles à l’axe transversal. Avec de la ficelle à piquer et un carrelet courbe, le tapissier fait des lacets d’environ 8cm  qui vont retenir le crin. Chaque lacet est piqué dans la toile forte en faisant des points arrières.

 

mise en crin

mise en crin

  4 – Mise en crin : la mise en crin peut se faire soit avec du crin végétal (feuilles de palmier main) ou bien de l’élancrin (fibres de coco). Pour remplir l’intérieur du siège, le tapissier commence à garnir tout le contour de l’assise. La hauteur de la garniture étant normalement plus haute à l’avant qu’à l’arrière, le tapissier doit donc penser à adapter la quantité de crin. A droite et à gauche, il faudra réduire les poignées au fur et à mesure qu’on s’approche de l’arrière. Pour remplir l’intérieur de la chaise, le tapissier procède par rangées en progressant de l’arrière vers l’avant afin de bien voir la quantité de crin posée sur le siège. Plus on s’approche de l’avant de la chaise, plus il faut augmenter la grosseur des poignées. Quand toutes les lacets sont remplis de crin, le tapissier carde le tout pour rendre la masse de crin homogène c’est-à-dire qu’il doit bien mélanger les poignées de crin entre elles.


5 – Emballage avec de la toile d’embourrure sur une chaise Louis Philippe
. La pelote de crin va être emballer avec une toile d’embourrure. Pour l’instant la toile d’embourrure n’est pas fixée de façon définitive ; elle est maintenue avec les houzeaux. Le tapissier la fixera après avoir exécuté le point de fond. Le tapissier peut, s’il le souhaite, tracer le milieu de la toile d’embourrure dans le sens avant – arrière de la chaise. Cela lui servira de repère pour les futures coutures. Le tapissier travaille de l’arrière vers l’avant de la chaise  (en commençant par les centres) pour la profondeur du siège puis de l’avant vers l’arrière pour les côtés.Le tapissier veille à poser sa toile d’embourrure droit-fil.

 

point de fond

point de fond

 6 . Le tracé du point de fond sur une chaise Louis Philippe : le tapissier va donner au point de fond la forme du siège. Le point de fond est placé au centre de l’assise. Son rôle est de maintenir la partie centrale de la pelote. Le point de fond serre le crin entre la toile d’embourrure et la toile forte. Il permet au crin de rester bien en place au centre de l’assise et ainsi permet d’éviter de former un creux au fil du temps. Traçage du point de fond : Le tapissier calcule le nombre de coutures qu’il devra réaliser et il prévoit la grosseur du bourrelet et il ajoute 2 cm entre chaque couture. Exemple : si le tapissier fait 2 coutures + 1 bourrelet de 2 cm. Le tapissier placera le point de fond à 10 cm du bord. Le tapissier dessine l’emplacement du point de fond avec une craie blanche tout autour de l’assise.A l’intérieur du tracé, le tapissier place 4 houzeaux de façon à dessiner un carré au centre du point de fond. Piquage des points de fonds : avec un carrelet droit double pointe et de la ficelle à piquer, le tapissier pique du haut vers le bas successivement en prenant la toile d’embourrure et la masse de crin. Au départ du point de fond, il ne faut pas faire de nœud. Le tapissier serrera le point de fond une fois que son tracé sera terminé


7 . Serrage du point de fond sur la chaise Louis Philippe
: lorsque le tapissier arrive au dernier point, il fait un nœud. Ensuite le tapissier écrase le crin entre chaque point de couture et en même temps il tire fort sur la ficelle. Le tapissier travaille point par point. L’opération de serrage libère à nouveau un excédant de ficelle.


8 .  Le rabattage
 : c’est la fixation définitive de la toile d’embourrure avec les semences. Avec la réalisation des coutures, le rabattage est une des étapes les plus importantes du garnissage car si la pelote est  sans défaut, les coutures sont faciles à réaliser et le siège aura des lignes précises et harmonieuses. Donc après avoir correctement tassé l’intérieur de l’assise avec les points de fonds , le tapisser s’occupe des bords. Ils doivent être très fermes pour ne pas se déformer avec le temps. Le tapissier  n’hésite pas à mettre beaucoup de crin.

Comment procéder ? :

  • Le tapissier réajuste les échancrures  niveau des taquets. Il met la bonne dose de crin, fait les coupes  et fixe définitivement la toile d’embourrure au niveau des taquets avec des semences de 9mm en les espaçant de 1 à 2 cm. Le tapissier tend la toile d’embourrure très fort pour qu’elle arrive en mourant. Attention de bien prendre plusieurs fils de toile (et non pas un seul fil) d’embourrure avec chaque semence.
  • Le tapissier commence par l’arrière de la chaise.  Le tapissier détend la  toile d’embourrure pour obtenir suffisamment d’embus et permettre ainsi au crin de se placer bien à l’aplomb de la ceinture arrière. Le tapissier comble les creux avec des petites boules de crin. Puis à l’aide du tire-crin, il va corriger les imperfections.
  •  Le tapissier poursuit avec l’avant de la chaise en commençant par le centre.
  • Le tapissier termine par les cotés. Les semences ne doivent pas laisser apparaître de saignées dans la garniture. Ces saignées seraient accentuées lors des coutures


coutures tapisserie   9 . Les coutures
 : elles sont situées sur le pourtour du siège. Les coutures donnent à la pelote son galbe définitif. L’objectif de cette étape est de raffermir les bords pour qu’ils ne se déforment pas à l’utilisation. En effet les coutures vont donner à la garniture du siège sa longévité. Le tapissier exécute des points serrés afin de maintenir le crin en place. Quels sont les différents points qui peuvent être utilisés ? Le point d’échelle,  le point avant non noué, le point de bourrelet (c’est un point avant noué)

10. la piqûre de crin et la pose de la toile blanche sur l’assise de la chaise Louis Philippe. Le tapissier procède au passage des lacets, avec un carrelet courbe et de la ficelle à piquer, sur l’assise de la chaise. Le tapissier coud les lacets en faisant un laçage avec un point avant

11. Pose du tissu final sur l’ assise de la chaise Louis Philippe 

pose du tissu sur dossier

pose du tissu sur dossier

 12. Réfection du dossier violoné d’une chaise Louis Philippe :

Le tapissier fixe le tissu à l’intérieur du dossier de la chaise avec des semences de 7mm. Il est possible de poser une toile à carreaux plutôt que le tissu final. Le tapissier veillera à ne pas poser le tissu trop près de la feuillure du dossier. La tapissier ne coupe pas le tissu. Ce dernier sera replié sur la toile forte ultérieurement, puis coupé en laissant un replis d’environ 1 cm.

Ensuite, le tapissier pose une demi ouatine (c’est à dire une demi épaisseur de ouate de coton) après la pose de la toile à carreaux ou du tissu final. La demi ouate va servir à protéger le tissu .

Après avoir fixé le tissu sur le dossier et apposé la ouate, le tapissier va pouvoir réaliser la pelote du dossier de la chaise. Le tapissier répète plus ou moins les mêmes étapes pour la confection du dossier

tapissier rueil  couture toile embourrure  tapissier rueil malmaison  SONY DSC  SONY DSC

  • Pose d’une toile d’embourrure au milieu du dossier (coudre la toile avec un carrelet courbe et de la ficelle à piquer. Laisser environ 8 cm en bas et en haut du dossier. Ne pas coudre de haut en bas)
  • Mise en crin (lacets, crin, emballage avec toile d’embourrure)
  • Piquage ( un point caché + un point de bourrelet si nécessaire ; cela dépend du style de la chaise)
  • Mise en blanc du dossier
  • Pose d’une ouate
  • Pose du tissu final sur dossier
  • Pose du galon de finition

13 .Pose du galon final : Le tapissier peut faire une finition aux clous tapissiers ou bien au galon. Pour la chaise présentée ci joint, le tapissier a posé un double passepoil de la passementerie Houles

tapissier rueil malmison tapissier chatou tapisier le vesinet

 

 

 

 

 

 

 

Article écrit par Stéphanie Hallaire, Tapissier Rueil Malmaison

A propos stephaniehallaire

Titulaire du CAP Tapissier d'ameublement en Sièges, je pratique la Réfection de sièges à l'ancienne depuis 9 ans. Littéralement passionnée par mon métier, je mets mon savoir faire à votre disposition pour sublimer vos fauteuils.
Cet article, publié dans Tapissier paris, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s